Deutsch | Français | English   
ADN

Le corps humain est composé de 60 billions de cellules, par exemple, des globules blancs, des cellules musculaires ou des cellules des muqueuses de la peau. Presque chacune d’entre elles contient notre patrimoine génétique dans sa totalité : c'est l’ADN. Chaque cellule contient de l’ADN non seulement à l’intérieur de son noyau (que l’on appelle l’ADN chromosomique, lequel est constitué d’ADN autosomique, d’ADN chromosomique X et d’ADN chromosomique Y) mais aussi à l’extérieur de son noyau : c'est l’ADN mitochondrial.

Tandis que l’ADN autosomique est hérité des deux parents, l’ADN chromosomique Y (l’ADN Y), lui, est exclusivement transmis de père en fils. Quant à l’ADN mitochondrial, celui-ci est uniquement retransmis de la mère à l’enfant.

L’ADN mitochondrial

Très peu de temps après le processus de fécondation, les mitochondries du spermatozoïde mâle s’atrophient de telle sorte que seules les mitochondries maternelles restent dans l’embryon. Nous possédons ainsi le même ADN mitochondrial que nos frères, nos sœurs, notre mère mais pas le même que celui de notre père. De plus, l’ADN mitochondrial est retransmis de manière presque inaltérée de génération en génération. C’est la raison pour laquelle nous possédons, en règle générale, exactement le même type d’ADN mitochondrial que notre mère, notre grand-mère maternelle, sa mère, et ainsi de suite. On peut ainsi remonter cette ligne maternelle directe jusqu’au moment où une mutation naturelle s’est produite dans le code de l'ADN mitochondrial, ce qui n’arrive en moyenne que tous les 20 000 ans.

Il en découle que nous provenons tous d'une seule femme qui vivait il y a 150 000 ans et que l'on appelle le plus souvent Eve Mitochondriale. Depuis cette époque, les descendants d'Eve Mitochondriale ont peu à peu peuplé la Terre entière. Au fil des millénaires le groupe fondateur s'est réparti géographiquement et a bifurqué génétiquement plusieurs fois, laissant ainsi des traces (ou mutations de leur ADN mitochondrial) à des intervalles réguliers partout où il allait. Ces bifurcations préhistoriques sont visibles dans les anciennes mutations de notre ADN mitochondrial et constituent un véritable livre d'histoire. Consultez la section « Migrations préhistoriques » pour en savoir plus sur la façon dont nous pouvons retracer l'expansion de la population de l'Âge de Pierre dans le monde au fil du temps.

Roots for Real utilise ces avancées en matière de compréhension de la génétique et de techniques de laboratoire pour vous aider à retracer votre lignée maternelle grâce à notre service de traçage d'ADN mitochondrial. En analysant votre ADN personnel et en le comparant à notre banque de données, qui contient des milliers d'autres échantillons d'ADN mitochondrial du monde entier, nous sommes capables de vous renseigner de façon détaillée sur vos ancêtres.

Eve Mitochondriale

À présent l'ADN mitochondrial a été utilisé pour trouver la trace de ces mutations naturelles en allant jusqu'aux origines de l'existence de l'homme moderne : il s'agit d'une femme répondant au nom d'Eve Mitochondriale, et qui vivait il y a environ 150 000 ans.

Eve Mitochondriale est le plus récent ancêtre commun à tous les êtres humains en vie sur cette planète en ce qui concerne la descendance matrilinéaire. Il est à noter que ceci ne signifie pas nécessairement qu'elle était la seule femme en vie à cette époque, mais que sa lignée est la seule lignée féminine à avoir survécu jusqu'à nos jours. Depuis cette époque, alors que les peuples migrèrent en Afrique et hors du continent (voir « Migrations préhistoriques »), leur ADN mitochondrial a subi des changements de peu d’importance à la suite de mutations qui se produisirent occasionnellement dans leur structure génétique, ce qui nous permet aujourd'hui d'observer une grande richesse de types d'ADN mitochondrial.

Le concept d'Eve Mitochondriale est, d'une certaine manière, purement mathématique. Imaginons que le nombre de femmes vivant sur Terre aujourd'hui est « A ». Imaginons ensuite que le nombre de mères de toutes les femmes en vie sur Terre est « B ». Il est évident que B est égal ou inférieur à A. Si l'on recule de génération en génération, B en est réduit à une seule femme. C'est cette femme que l'on connaît sous le nom d'Eve Mitochondriale.

Le chromosome Y d’Adam

Puisque le chromosome Y est exclusivement transmis de père en fils, aujourd'hui tous les chromosomes Y remontent à un seul père préhistorique, le « Chromosome Y d'Adam », dont nous pouvons retracer l'existence à il y a plus de 100 000 ans en utilisant notre méthode de statistiques (Forster et al. 2000).

Au même titre que l’ADN mitochondrial, le chromosome Y originel a subi, lui aussi, dans son ADN, des mutations naturelles au fil des générations. Ces types Y récemment apparus se sont ensuite répandus dans diverses partie du monde préhistorique. En définissant votre type de chromosome Y, et en interrogeant la banque de données mondiale de types Y, Roots for Real est en mesure de spécifier la localisation globale de votre lignée paternelle.

De plus, les généalogistes désirant savoir si deux personnes dont le nom de famille est identique ont un ancêtre commun utilisent de plus en plus les tests de chromosome Y. Ceci est possible car dans bon nombre de cultures, les noms de familles sont transmis de père en fils, tout comme le chromosome Y.

Dans de tels cas il est nécessaire d'effectuer deux tests Y : un test Y pour vous et un test Y pour la personne dont le nom de famille est identique au vôtre et qui pourrait être un parent potentiel. Tout ceci est ensuite nécessaire pour savoir si les deux résultats des tests Y sont identiques.

Le test de type Y est également fondamental pour les personnes qui veulent confirmer leur origine juive. On considère que les membres de la caste des prêtres Cohanim ont le même chromosome Y que le personnage biblique Moïse puisque Aaron, le frère aîné de Moïse, a fondé ladite caste dont la direction était traditionnellement transmise de père en fils. Le type Y des Cohanim a été découvert lors de recherches pionnières par le groupe de travail du Professeur David Goldstein et les observations de ces recherches convergent avec la tradition biblique. Un simple test du type Y, associé à une recherche dans notre banque de données, peut confirmer si chez un dénommé Cohen, le type Y des Cohen s’y trouve.

About Roots for Real | Privacy statement